Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Circuler en hiver

Quels sont les moyens pour traiter une route enneigée ou verglacée ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 décembre 2014



Chargement de sel
Pour répondre à cette question, il faut savoir que les gestionnaires de routes comme la DIR Est disposent principalement de deux moyens de traitement en cas d’intempéries :

- le premier est mécanique : c’est le raclage par les lames des chasse-neige
- le deuxième est chimique : c’est le salage.

Chacun de ces moyens a son domaine d’utilisation et ses limites techniques. Il faut savoir les apprécier pour les utiliser au bon moment, avant ou après la survenue de l’événement, et obtenir l’effet recherché.

=> Le sel n’est pas la solution à utiliser systématiquement dans toutes les situations.

1. Racler la neige

Il n’est pas toujours possible de « remettre au noir » la chaussée en un seul passage : un raclage trop abrasif endommagerait rapidement le revêtement. Il reste alors une mince couche résiduelle de neige : en complément au raclage et selon les conditions météo, cette couche résiduelle peut faire l’objet d’un salage.

Mais le raclage reste le principal traitement de la neige, notamment en raison de l’impact environnemental du sel.

NB : si les chasse-neige roulent à 50 km/h, c’est notamment parce que c’est à cette vitesse que le raclage évacue convenablement la neige sur le bord de la voie. Attention à ne pas les dépasser !

##### Évidement on ne peut enlever la neige qu’une fois qu’elle est tombée #####


2. Saler la chaussée


  • L’eau et le sel

Saler la route permet de rendre liquide l’eau douce gelée (verglas ou neige) qui s’y trouve. En la transformant en eau salée, le sel abaisse la température de congélation.

Pour amorcer cette fonte, le sel en grain doit tout d’abord être humidifié, en fonction des conditions météo : dans le camion avant épandage (il s’agit alors de saumure),
ou sur la chaussée si l’humidité ambiante est suffisante.

Débute alors la fonte proprement dite. La saumure et l’eau dégelée vont alors se mélanger : la teneur en sel de ce mélange diminue progressivement ; le traitement perd donc progressivement de son efficacité. Ceci est particulièrement vrai dans le cas de couches importantes de verglas ou de glace et surtout lors de chutes de neige.

L’action du sel n’est ni immédiate, ni définitive : l’usager doit donc rester très vigilant en toutes circonstances.

##### Attention idée fausse : le sel ne déneige pas ! #####


  • Le rôle du trafic dans le salage

Pour bien agir, le sel doit se répandre sur toute la chaussée et se brasser avec le verglas ou la neige.
L’action du trafic est donc essentielle pour disperser et brasser le sel.

Lorsque le trafic est faible, l’efficacité du sel diminue. Mais à l’inverse, un trafic trop important finit par chasser totalement le sel de la chaussée (surtout le sel en grain sur chaussée sèche).
Le traitement par le sel n’a donc de réelle efficacité qu’après l’heure de pointe.

  • Comprendre le salage

Une chaussée humide ou légèrement mouillée est le domaine d’emploi privilégié du sel en grain : le milieu lui apporte l’eau nécessaire à l’amorce de sa fonte. Son emploi sur chaussée sèche est à éviter d’autant plus qu’en dessous de -6°C, l’air n’est généralement plus suffisamment humide pour que ce sel se mouille : le sel en grain devient inefficace.

Par temps sec, avant l’apparition des phénomènes (traitement pré-curatif), on utilise du sel déjà dissout dans de l’eau : de la saumure. Répandue en même temps que le sel en grain, elle apporte l’humidité nécessaire au déclenchement de la réaction. Ainsi, le phénomène est attaqué dès son apparition. Cette technique est communément appelée « bouillie de sel ». Elle permet de combattre les phénomènes hivernaux jusqu’à des températures voisines de -10°C.

Mais la réaction de fonte conduit paradoxalement à un refroidissement du mélange.
Par temps très froid, la fonte se bloque et le mélange peut même regeler : le remède est pire que le mal.
En dessous de -10°C, tout salage au chlorure de sodium devient inefficace.

##### Mettre + de sel que nécessaire n’apporte pas + d’efficacité #####




Retour aux questions